Articles|Commentaires

Kevin Rudd, Premier Ministre australien dit « Pardon »

pour la première fois dans l’histoire de ce pays, le gouvernement australien s’est officiellement excusé, mercredi 13 février 2008, à la population aborigène.

Cette repentance officielle avait toujours été refusée par John Howard, ancien premier ministre conservateur. C’est donc le travailliste Kevin Rudd, premier ministre depuis décembre dernier qui en a pris l’initiative :

Pour une traduction du discours :

« Aujourd’hui, nous honorons les peuples indigènes de cette terre, les cultures continues les plus anciennes dans l’histoire humaine. Nous réfléchissons aux mauvais traitements qui leur ont été infligés dans le passé.
Nous réfléchissons tout particulièrement aux mauvais traitements infligés aux Générations volées – ce chapitre terni dans l’histoire de notre nation.
Il est temps maintenant pour la nation d’écrire une nouvelle page dans l’histoire de l’Australie, en réparant les torts du passé, et donc en avancant avec confiance vers l’avenir.
Nous demandons pardon (We apologise) pour les lois et les politiques des parlements et gouvernements successifs qui ont infligé une profonde détresse, souffrance et perte à nos compatriotes australiens.
Nous demandons pardon en particulier pour le retrait des enfants aborigènes et indigènes du détroit de Torres à leurs familles, à leurs communautés et à leur pays.
Pour la douleur, la souffrance et la peine de ces Générations volées, de leurs descendants et de leurs familles séparées, nous demandons pardon (we say sorry).
Aux mères et aux pères, aux frères et aux soeurs, pour la désintégration des familles et des communautés, nous demandons pardon.
Et pour l’indignité et la dégradation ainsi infligées à un peuple fier et à une culture fière, nous demandons pardon.
Nous, le Parlement de l’Australie, demandons respectueusement que ce pardon soit reçu dans l’esprit dans lequel il est proféré, pour qu’il contribue à la guérison de la nation.« 

(Source : Wikipedia).

Cette demande de pardon est surtout destinée à l’une des pages sombres de l’histoire australienne, à savoir  la création d’une »génération volée« , où un grand nombre d’enfants aborigènes ou métisses ont été enlevés de leur famille biologique pour être confié à des familles issues de l’immigration occidentale. Cette pratique était autorisée par les lois australienne jusqu’à la fin des années 60.

Les enfants ainsi confiés ne devaient avoir aucun contact avec leur ancienne culture, et devait se conformer au mode de vie  occidental. Dans les faits, un grand nombre d’eux eurent à subir des sévices (notamment sexuels), et étaient éduqués pour être destinés à une vie de domestiques ou de travailleurs manuels.

Ce « scandal » des générations volées ne sera dévoilé au monde qu’en 1997, et depuis 1998, une « journée du pardon » (Sorry Day) est organisée tous les 26 mai. Cette journée n’est pas seulement destinée aux générations volées, mais aussi à l’ensemble des mauvais traitements subis par les aborigènes australiens depuis l’arrivée des premier colons occidentaux, il y a 200 ans (par exemple, l’extinction des aborigènes de Tasmanie, qui comptaient entre 4000 et 6000 individus à l’arrivée des anglais sur l’île).

On peut constater l’absence notable de John Howard lors de l’allocution du premier ministre, alors que tous les anciens chef de gouvernement toujours vivant, aussi bien conservateurs que travaillistes, étaient présent.

  • tirache

    je me permet d ecrire. car j ais vu a la telée les incendies qui brulent tous sur leurs passages. je ne comprent pas qu avec les chercheurs qui existent.il n y a pas encore eu de solution pour arrèter ou stopper lers departs d incendies. moi j ais 53ans aucun diplomes mais j aurais bien une iddee pour cela mais personnes ne veut m ecouter.si un jour quelqu un veut bien m ecouter voici mon adresse 2 rue gambetta 51130 vertus france( champagne) recevez mes sinceres salutations distinguées