Articles|Commentaires

Un peu de culture : la Chine

La grande muraille de Chine

ChangCheng (长城 : Grande Ville).
On peut le voir aussi écrit : Tch’ang-tch’ouen, mais c’est juste la « version » française du nom, tout comme Pekin ou Nankin sont en réalité Beijing (la capitale du nord) et Nanjing (la capitale du sud).

Seules de toutes petites portions de la muraille, qui sont très bien entretenues, sont aujourd’hui ouvertes au public. Pour dire, à Pekin seules 2 parties sont accessibles. Et la dernière fois que j’y suis allé, une était en réaménagement. Sur l’intégralité de la muraille, cela ne représente pas 1 % de la longueur. Mais ce qui est vrai, c’est qu’il y a énormément de touristes, sur ces portions, ce qui fait qu’on est un peu serré :

Mais comme on peut le voir ici, tout au bout, on découvre l' »autre » muraille, celle épargnée par les touristes, mais qui paradoxalement n’est pas entretenue :

 

En gros : panneau de l’homme fort (seuls les braves montent jusqu’ici ). En petit : hauteur par rapport à la mer : 888 mètres

Enfin, voici une vue qui je pense vous donnera envie d’aller sur la muraille. Le paysage est vraiment superbe, et la muraille qui s’étend à l’infini très impressionnante :

Un peu d’histoire


Les gros traveaux de la muraille telle qu’on la connait aujourd’hui ont été commencé par le premier empereur de la dynastie Qin

Qin se prononce « chine » en chinois (le « Q » pinyin se prononce « ch »).

C’est pour cela qu’on pense que le nom occidental de la Chine vient de là (le nom chinois étant tout autre : zhuong guo : milieu empire : empire du milieu)

Sur la bizarrerie « Sino », et non « chino » (les accords sino-européens, etc), certains pensent que cela vient des romains, qui savaient qu’il y avait un peuple de l’est, et qu’ils nommaient « Sine » car ils (les romains) ne savaient pas prononcer le son « ch ».

Le premier empereur s’appelait Yin Zhen.
Qin Shi Huangdi est son titre (Qin : nom de la dynastie, Shi : Commencer, Huang ou Huangdi : roi, empereur. Cela signifie donc : Premier empereur de la dynastie Qin).

A l’époque de cet empereur, Shanghai à l’époque n’était certainement même pas un petit village de pêcheur. ShangHai (dessus la mer : la ville sur la mer) n’a commencé à croître pour devenir la puissance que l’on connaît qu’à partir de la guerre de l’Opium, provoqué par les occidentaux.

Shanghai

Quelques photos de Shanghai aujourd’hui :

 

Nanjing Lu, la principale rue piétonne de la ville, située à PuXi (rive Ouest du fleuve HuangPu), avec, au fond, la tour TV Dong Fang Ming Zhu (Perle Orientale), situé à PuDong (rive Est du fleuve, dont la construction a débuté il y a une vingtaine d’années, mais qui compte déjà des centaines de grattes-ciel, dont le plus élevé Zin Mao.

 

Dong Fang Ming Zhu : La Perle Orientale

Zin Mao

Shanghai n’a jamais été la capitale de la Chine.

Elle est une grande, et même la plus grande ville chinoise actuellement. Mais la très grande majorité des habitant de cette ville, aujourd’hui, ne le sont que depuis 1 ou 2 génération. Shanghai a pris son essor vraiment qu’avec l’ouverture de son port en 1842, et l’arrivée des occidentaux qui ont d’ailleurs culturellement et architecturellement (ça se dit ?) énormément marqué la ville, notamment les français d’ailleurs. Le Bund, rive Ouest du HuangPu est constitué entièrement de bâtiments de style occidentaux.
Avant cela, Shanghai était plus ou moins « qu’un » village de pêcheur, où certes il y avait des échanges commerciaux, mais dont l’influence n’était rien comparée à d’autres villes alors importantes en Chine.

Xi’An

Lors du reigne de Qin Shi Huangdi, la capitale était Xi’An (ouest tranquille).
Cet empereur est certainement un des personnages de l’histoire de l’humanité qui a fait, et construit, certaines des plus grandes choses :
– La grande muraille, où la plus grande partie de sa construction s’est déroulée sous son reigne ;
– L’unification de la Chine (comme indiqué dans le post original) : la Chine actuelle est pratiquement la même que celle d’il y a plus de 2000 ans ;
– L’unification de l’écriture : Une seule écriture imposée pour tous les peuples composant la Chine ;
– la construction d’un tombeau gigantesque, où une seule partie est aujourd’hui découverte, à Xi’An. On estime qu’à coté, les pyramides sont ridicules. Des kilomètres carrés sont encore enfouis sous terre. C’est dans ce tombeau qu’on a découvert la fameuse armée de terre, qui est la réplique exacte de l’armée (ainsi que des chevaux et véhicules) de l’empereur, grandeur réelle. Chaque personnage est unique, car représentant chaque soldat de l’armée impériale.

L’histoire de cet empereur a été mis en scène dans le film Héro (avec Jet Li). Le film montre bien la contradiction de cet empereur, haïs pour le mal qu’il a infligé, pour construire la Chine unie, l’écriture unie (qui a entrainé la disparition de nombreuses cultures), mais qui fait que la Chine est devenue ce qu’elle est : Un très grand pays, très puissant, à l’influence culturel, commercial, s’étendant sur toute l’Asie. Cette contradiction est la base du confucisme, où rien n’est soit tout bon, soit tout mal, mais un mélange des deux.

Voici quelques photos de Xi’An :

Les murailles de la ville


Les mêmes, de nuit


Xi’An est une des dernières villes de Chine à avoir concervé sa muraille, qui date de milliers d’années. Elle est restaurée en permanence. On peut s’y balader, à pied où a vélo (ou même en tandem C'est un sourire un peu forcé. ) dessus.

Voici une partie de l’armée de terre :

Je mettrait plus tard une photo de la maquette du site, lorsque j’aurai trouvé un logiciel permettant de faire des panoramiques. En attendant, voici une partie de la maquette. Les bâtiments vers le fond correspondent au site découvert, où l’ont peut voir l’armée de terre. Le corp de l’empereur en lui-même se situe très certainement sous le monticule visible en avant plan. Tout le reste constitue le tombeau, sous terre :

Voilà pour l’ancienne capitale, Xi’An.