Articles|Commentaires

Boinc sur son serveur linux, sans interface graphique

Boinc (Berkeley Open infrastructure for Network Computing) est une plate-forme de calcul distribué mise au point par l’université de Berkeley, en Californie, elle-même créatrice du projet de recherche d’intelligence extraterrestre SETI@Home. Ce programme permet de gérer un ou plusieurs projets de calcul distribué.  (définition Wikipedia).

Pour plus d’information sur le calcul distribué, rendez-vous sur la définition Wikipedia. En gros, ce système de calcul permet d’utiliser la puissance de milliers d’ordinateurs personnels (ou public, si installé par exemple sur les ordinateurs d’universités) qui calculent chacun une petite partie d’un programme, ce qui offre une puissance de calcul impossible à atteindre avec les plus gros super-calculateurs existant. Les applications sont variées (recherche scientifique, médecine, recherche d’extra-terrestres…).

Boinc est divisé en 2 parties : Le client, qui prend en charge les projets souhaités, et le manager, qui permet de gérer les projets.

Sous windows, ces deux parties du logiciel démarrent lors du lancement du manager.

Sous Linux, par contre, il est possible de lancer indépendamment le client ou le manager. Le manager nécessitant une interface graphique, il peut donc être possible d’installer le client sur un serveur linux, et de le gérer à partir du manager d’un autre ordinateur.

Pour cela, il faut procéder à une petite manipulation :

– Tout d’abord lancer une première fois le client : ./boinc
l’arréter :

Code :killall ./boinc

– Ouvrir le fichier gui_rpc_auth.cfg : dedans se trouve un pass généré par le client, qui est le pass permettant le monitoring à distance. On peut changer le pass indiqué.

– Ensuite, 2 possibilités : On se trouve sur une adresse fixe, et on pense ne se connecter que de son adresse. Dans ce cas on crée un fichier nommé remote_host.cfg, et dedans on entre simplement la ou les adresses avec lesquelles ont souhaite prendre la main à distance. Je ne sais pas comment faire par contre pour entrer des plages d’adresse (j’ai essayé avec 255, mais cela ne fonctionnait pas).
2nd cas, si l’ip de l’ordinateur avec lequel on veut prendre la main n’a pas d’ip fixe :
On démarre le client avec le paramètre : -allow_remote_gui_rpc
En démarrant boinc en background, pour pouvoir fermer la console, cela donne :

Code :

./boinc -allow_remote_gui_rpc &

(le & étant là pour lancer en background).

– Ne pas oublier d’ouvrir les ports qu’il faut (le 31416) sur son firewall, et a priori, on a rien oublié.